vendredi, 05 December 2014 16:32

Rita Sallustio et l'ATIE

Rita Sallustio et L'Atelier Théâtral des Institutions Européennes.

 

Fondation du groupe

C'est en compagnie de quelques Collègues, fonctionnaires de la Commission et du Conseil que j'ai participé à la fondation de l’Atelier théâtral des Institutions Européennes en Septembre 1984.

Dans le cadre de son organisation administrative, l'association s'est inscrite au sein du groupement des cercles des loisirs de la Commission et j'ai été nommée comme première Présidente du cercle théâtral. J'en assurerai la fonction jusqu'en Octobre 1988, date de la première restructuration du groupement.

Ma profession est, en fait, fort éloignée du théâtre. Je gère, coordonne et évalue depuis plusieurs décennies des programmes et des projets liées à différentes politiques (couvrant le social et l'économique) développées au sein des services de la Commission européenne.

Je suis de nationalité italienne, licenciée en sciences politiques et sociales ainsi qu'en langues modernes (français, anglais ).

L'envie de faire du théâtre, d'être comédienne et de faire de la mise en scène a toujours été un rêve. Un rêve qui a commencé enfant et qui s'est construit petit à petit au cours du temps.

A l'école primaire, c'étaient les petites fables magiques de Noël autour d'une crèche vivante qui m'émerveillaient. Adolescente, la Commedia dell' arte et le personnage d'Arlequino m'ont vraiment donné l'envie d'aller à la rencontre du travail de comédienne.

Pendant mes études, il m'était difficile d'assouvir toutes mes envies de formation de comédienne. Les 2 formations que j'ai pu suivre (à Londres et à Paris) furent très intenses et inoubliables.

Peu de temps après avoir rejoint la Commission européenne à Bruxelles en 1983 l'enchantement prend forme à travers l'existence des cercles des loisirs et d'Irène Chalkia.

En 1984, la troupe se crée et s'organise. Les demandes de subsides se résolvent tant bien que mal. Une première production est lancée et je décroche mon premier rôle dans la tragédie mythique d'Electre.

Electre (de Hugo Von Hofmannsthal) en 1985, en langue française est le premier spectacle de l'ATIE qui sera représenté au Centre de Joli-bois à Woluwé Saint Pierre.

Pendant les 4 premières années, et sous la direction artistique d'Irène Chalkia, j'ai pu au sein d'une troupe naissante et enthousiaste travailler le métier de comédienne, savourer les plaisirs du travail bien accompli mais aussi la dureté de l'endurance et la rigueur de la discipline qui accompagnent nécessairement le travail du comédien, même dans une troupe d'amateurs.

Mes premières armes de comédienne se sont forgées et consolidées à travers les 3 premières réalisations de l'ATIE :

Après Electre, il y a eu « le procès d'Orphée et d'Eurydice » (de Georges Skourtis, 1985 en grec moderne) dans lequel j'ai participé au travail collectif du choeur;

Ensuite, en 1987, c'est une comédie musicale en langue italienne de Garinei e Giovannini : « Aggiungi un posto a tavola » qui a fait la une de tous les potins à la cafétaria du Berlaymont. J'y jouais le rôle très enjoué de «Consolazione » (une prostituée bien sympathique) qui débarque à un très mauvais moment dans un petit village au coeur de l'Italie, en pleine crise politique).

Ces 3 spectacles resteront pour moi exceptionnels et épiques. Ils marquent le début de mon histoire d'amour avec l'ATIE qui dure depuis 30 ans.

Pendant les 4 années qui ont suivi (1988-1992), mon engagement professionnel ne m'a pas permis de participer à toutes les productions de l'ATIE.

J'ai cependant, toujours continué avec un immense plaisir à participer à des spectacles, sous la Direction de Irène Chalkia mais aussi de Yannis Gavras et de Serenella Morelli.

En 1989, j'ai joué le rôle tragique et désespérément humain de Yerma (de Garcia Lorca) ; la même année, un rôle de bourgeoise dans « I rusteghi » m'a replongé dans la comédie brillante goldonienne.

En 1990, Yannis Gavras m'a fait découvrir l'univers nostalgique, étouffant et languissant de Tchekhov avec « le Sauvage ».

En 1991, j'ai aussi eu beaucoup d'intérêt à interpréter des rôles de femmes « libérées » dans des créations collectives avec Serenella Morelli qui dénonçait (avec un humour particulier) les injustices sociales liées aux problèmes de l'immigration en Belgique.(il Viaggio en 1991), ou qui parlaient de folie comme dans l'histoire de « Oedipe contre Oedipe »

En 1992, il y a eu un tournant décisif dans mon action au sein de l'ATIE : je me suis lancée dans le monde de la mise en scène.

Rita Sallustio et la mise en scène

Après avoir, pendant 10 ans, eu le plaisir de développer mes imaginaires de comédienne, je me suis lancée depuis 1994 dans la réalisation «magique» mais difficile de la mise en scène.

Curieuse de connaître la «Révolution de velours », il y a eu le « Rapport dont vous êtes l’objet » de Vaclav Havel; intriguée par la dynamique du «théâtre d’action», j’ai emprunté à Israël Horowitz son fabuleux « le Premier »; les contes de fées m’ont toujours émerveillée, aussi «l’Amour des trois oranges » de Carlo Gozzi n'a pas été laissé de côté; l’existence de la mafia m’a toujours inquiétée: la nouvelle «L’Onorevole» de Leonardo Sciascia a donc fait partie de notre aventure théâtrale en 1998.

Les origines de l’homme, les problèmes de l’environnement, la violence, l’injustice sociale… m’ont poussée vers Vercors (Zoo, les animaux dénaturés), Ibsen (Ennemi du peuple), puis Jean Giraudoux à qui j’ai emprunté, en 2006 la mystérieuse Aurélie, dite la "Folle de Chaillot".

En 2007, l'ATIE a servi Molière en reprenant sa belle comédie de mœurs "Les femmes savantes".

En 2008, la troupe s'est tournée vers la reconstitution d'un épisode tristement célèbre de l'histoire américaine avec "Les Sorcières de Salem" d'Arthur Miller.

En 2009, la troupe s'arrête à la charnière des 19ème et 20ème siècle et présente une comédie piquante d'Oscar Wilde: "l'Eventail de Lady Windermere".

En 2010, l'ATIE reste dans la veine comique avec une comédie de mœurs contemporaine écrite par Yvon Taburet : «Grand-Mère est amoureuse».

En 2011, l'ATIE retourne vers un classique presque incontournable de Luigi Pirandello qui sera joué en alternance en français et en italien dans 2 approches de mise en scène différentes: "Pensaci Giacomino" ("Méfie-toi Giacomino").

Les 5, 6, 7 Octobre 2012, l'ATIE (section francophone) reprend encore une grande comédie classique du Théâtre français : «Le Bourgeois gentilhomme», de Molière.

En 2013,L’ATIE se tourne vers un "thriller": "Sur les traces de Landru" - une pièce à caractère historique, calquée sur un fait divers qui a marqué l’histoire de la France, dans les années 20, à l’issue de la grande guerre mondiale. La pièce a été écrite par Michel Gervais : auteur et comédien belge.

La troupe de l’ATIE a fêté ses 30 printemps en Octobre 2014.

Sa longue histoire a été jalonnée par plus de 120 créations collectives qui ont permis à des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants de développer leurs imaginaires et leur sens de la créativité.

L’ATIE a été -depuis sa création - une véritable pépinière de comédiens et comédiennes, de metteurs en scènes, d’éclairagistes, de décorateurs et décoratrices, de maquilleurs et maquilleuses, de souffleurs et de souffleuses, de régisseurs, de producteurs et productrices, de formateurs et formatrices...ect.

Sa structure a changé à plusieurs reprises pour s’adapter aux exigences d’une administration rigide, mais ce qui est resté intact c’est la passion de créer, l’envie de voir se réaliser le temps d’un spectacle des rêves situés en dehors des limites du temps.

Créations de l’ATIE

1984 a été l‘année de la première réalisation de l’ATIE : «Electre» de Hugo Von Hofmannstahl.
Une adaptation magistrale de la tragédie de Sophocle mise en scène par Irène Chalkia.

C’est durant cette 1ère aventure et cette 1ère représentation que mon désir de devenir comédienne s’est consolidé au point de ne plus vouloir abandonner les planches d’abord en tant que comédienne (1984 – 1994) puis en tant que metteur en scène.

1985: «Le Procès d’Orphée» et d’Eurydice de George Skourtis (en grec moderne). Une nouvelle aventure qui a vu arriver au sein de la troupe Yannis Gavras.

1987: «Aggiungi un posto a tavola»: première comédie musicale en langue italienne qui a accueilli Antonio Fabbri . La même année l'atelier accueille  Serenella Morelli qui met en scène "le Finestre et" l'Uomo nudo e l'Uomo in Frak".

Au lendemain de la comédie musicale, jouée dans le courant d’un mois de février très froid, le nombre d’adhérents à la troupe a explosé et a compté d’un seul coup plus de 150 membres de toutes les institutions de langue italienne, français.

A l’Assemblée Générale de février 1988, l’ATIE s’est réorganisé pour pouvoir assumer ses nouvelles ambitions jalonnées de nombreuses productions que vous êtes invités à découvrir ici.

Je vous propose de découvrir ce site en ouvrant les belles affiches de spectacles créées pour la plupart  par Théodore Kassapis. 

Collectivement, avec Irène Chalkia,Yannis Gavras et Serenella Morelli et beaucoup d’autres comédiens nous avons collaboré à la création de plusieurs aventures théâtrales qui ont permis à l’Atelier et à ses membres actifs, de se forger les premières armes dans le domaine du spectacle théâtral. 

Je me suis lancée depuis 1994 dans la réalisation «magique» mais combien difficile de la réalisation.
Curieuse de connaître la «Révolution de velours », j’ai mis en scène le
« Rapport dont vous êtes l’objet»de Vaclav Havel.

Intriguée par la dynamique du «théâtre d’action», j’ai emprunté à Israël Horowitz son fabuleux « le Premier »;

Les contes de fées m’ont toujours émerveillée, aussi je n’ai pas laissé de côté «l’Amour des trois oranges » de Carlo Gozzi.

Il y a l’existence de la mafia m’a aussi toujours inquiétée et j’ai regardé de plus près une histoire mafieuse de Leornardo. Sciascia intitulée «L’Onorevole» (1998).

Les origines de l’homme, les problèmes de l’environnement, la violence, l’injustice sociale… m’ont poussé vers

«J. Vercors» (ZOO, les animaux dénaturés 2002),

«Ibsen» (Ennemi du peuple- 2003),

«Jean Giraudoux» à qui j’ai emprunté, le temps d’un spectacle magique la mystérieuse Aurélie, dite «La Folle de Chaillot» (2006).

En 2007, l'Atelier Théâtral, sert «Molière» et choisi une comédie de moeurs: «Les Femmes savantes». Elle sera mise en scène par Rita Sallustio, au théâtre BOZAR en Octobre 2007 et en Italien au Théâtre 140 en décembre de la même année.

En 2008, la troupe francophone se tourne vers la reconstitution d’un épisode tristement célèbre de l’histoire américaine et produit «Les sorcières de Salem» d’Arthur Miller et fête la même année les 90 ans de Mandela.

En 2009, le comité de lecture s’arrête à la charnière du 19ème et 20ème siècle et représente une comédie belle et piquante d’Oscar Wilde: «l’Eventail de Lady Windermere».

En 2010, l’ATIE reste dans la veine comique mais vire vers une comédie bourgeoise et contemporaine écrite par Yvon Tabouret: «Grand-Mère est amoureuse». Elle fera bien rire son public: ouf!

En 2011, l’ATIE retourne vers un classique presque incontournable de Luigi Pirandello:

Le spectacle sera joué en français dans une mise en scène signée Rita Sallustio (Méfies-toi Giacomino) et l’autre en langue italienne signée Antonio Fabbri (Pensaci Giacomino).

En Octobre 2012, le groupe francophone se lance à nouveau dans la production d’un grand classique:

Ce sera le tour du «Bourgeois gentilhomme», de Molière qui amusera beaucoup les étudiants des écoles secondaires supérieures ainsi que notre public désormais fidélisé aux productions très variées et colorées de l’Atelier Théâtral.

En Octobre 2013, le ton va changer à l’ATIE: Le comité de lecture, sous la houlette de Rita Sallustio, se tourne décidément vers du nouveau. On se lance dans la réalisation d’un spectacle «Thriller», qui s’appellera «Sur les traces de Landru».

Il s’agira d’une grande aventure (plus d’un an) d’adaptation et de création tirée d’une pièce écrite par Michel Gervais.

Une pièce à caractère historique calquée sur un fait divers qui a marqué l’histoire de la France et des français dans les années 20 au sortir de la 1ère guerre mondiale. Le spectacle a été produit à Bruxelles (Théâtre BOZAR) en collaboration avec l’auteur et 30 acteurs dont un acteur professionnel (Peppino Capotondi).

En 2014, l’ATIE s’est concentré sur sa date anniversaire pour fêter dignement ses «30 printemps» le 10 Octobre 2014 et annoncer sa nouvelle programmation 2015.

Rita Sallustio

 

Lu 1915 fois