vendredi, 11 November 1988 17:13

Alchimies Musicales du Verbe Théâtral

un concert scènique mis en scène par  Irène Chalkia

 

 Alchimies affiche-page-001
 

Représentations
au Théâtre de Banlieu
Janvier 1988

 

 

Résumé de la pièce

« Le foule aujourd’hui comme autrefois est avide de mystère : elle ne demande qu'à prendre conscience des lois suivant lesquelles le destin se manifeste et qu'à deviner peut-être le secret de ses apparitions. »

[Antonin Artaud - Le théâtre et son double]

Chers spectateurs,

Au lieu de vous présenter ce soir un travail terminé, clôturé dans le temps et l'espace d'une représentation, nous vous proposons une ébauche d’un cheminement "infini" à travers les images des mots et des sons, à travers la sensibilité créatrice d'un compositeur qui, puisant dans les grands mythes de l'humanité, fait jaillir des profondeurs de notre inconscient culturel un langage nouveau, musical et imagé.

Les extraits de textes de Yannis RITSOS et de Nikos KAZANTZAKI sur lesquels nous avons eu l'occasion de travailler, en laboratoire, des improvisations au niveau du jeu d'acteur en rapport avec l'espace, nous ont semblés les plus appropriés pour établir une trame du verbe théâtral dans ce nouveau contexte musical imagé.

Attirés par l’idée de revivre des instants des grands mythes de l'antiquité grecque dans un espace moderne, éclaté, nous avons opté pour cet espace, le grand cratère de la mémoire où temps et espace s’entremêlent, où le VERBE poétique s'amplifie avec le GESTE théâtral et la MUSIQUE dépasse les frontières du temps.

Ce spectacle expérimental – joue 1 seule fois – a été un dérivé de la scénographie  du Roi se meurt,  dans  les lieux  scéniques de l’ancien Théâtre de Banlieue.  L’expérience consistait a jouer des fragments des textes poétiques  dans le cratère du volcan éteint qui était la scénographie principale  du Roi se meurt,  avec  des musiques « live » improvisées tout au long  du spectacle par le compositeur Armando Carrère.  C’est ainsi  que la musique par un procédé alchimique s’incorporait au fur et à mesure  dans le verbe théâtral et la pulsion  du rythme musicale  dictait  les mouvements chorégraphiques   des acteurs  dont le jeu  était  constamment modifie  en résonance avec la musique  improvisée.  On peut parler d’une performance  avant  la mode actuelle,  puisque le décor du Roi se meurt  servait d’installation  inspirante pour la musique et la chorégraphie ; seuls facteurs  déterminés à l’avance : le texte et l’espace  du jeu  dans le perpétuum  temporel et alchimique  suggéré par la musique.

 

 

 

 

 Distribution

 

 Technique

 

Video

 

   
colonne1
 
Textes de:
 
Yannis RITSOS et
Nikos KAZANTZAKI
 
 
 
 
Musique:
 
Armando Carrère
Dis par:
 
Antonio FABBRI
Mario TOSTI
Sergio BELLI    
Rita Sallustio
Gisela BIERSCHWALE
Nadine RODILLA

 

 
Mise en Scène:
Irene Chalkia
 
Lumière :
 
 
Sons :
 
  Décors & scénographie : Nicole Lenoir
  Costumes:  
  Affiche:  
  Programme:  
 


 


 
 
 

 

 

 

 

 

 

         

video150px

 

 

Photos

 

 

 

 

 

  colonne1

 

Lu 1100 fois
Plus dans cette catégorie : « Sur les Traces de Landru Yerma »